www.lyonperspectives.com
http://www.infotrafic.grandlyon.com



NOTRE SELECTION
CINEMA

Tom Cruise fidèle à lui-même......attachez vos ceintures !

Une interprétation magistrale !





sélection Maurice FUSIER

Monsieur DVD - 12/08/2018

MARIE - MADELEINE

DANS LA BRUME

12/08/2018

​PIERRE LAPIN

12/08/2018

BARBIE ET LA MAGIE DES DAUPHINS

05/08/2018

LES MOJICONS volume 2

05/08/2018

SPIRIT 1 et 2 13 épisodes

05/08/2018

GANGSTA

28/07/2018

Les routes de l'esclavage

20/07/2018

Inscription à la newsletter



Monsieur DVD

WAJIB

L'INVITATION AU MARIAGE
De Annemarie Jacir
Avec Mahmoud More, Mohammad Bakri, Saleh Bakri…



SYNOPSIS ET DÉTAILS
 
Abu Shadi, 65 ans, divorcé, professeur à Nazareth, prépare le mariage de sa fille. Dans un mois, il vivra seul. Shadi, son fils, architecte à Rome depuis des années, rentre quelques jours pour l’aider à distribuer les invitations au mariage, de la main à la main, comme le veut la coutume palestinienne du "wajib". Tandis qu’ils enchaînent les visites chez les amis et les proches, les tensions entre le père et le fils remontent à la surface et mettent à l’épreuve leurs regards divergents sur la vie.
 
Pour ce film d’une grande douceur, Annemarie Jacir, la réalisatrice de “Wajib » l’invitation au mariage”, a choisi de tourner à Nazareth, la plus grande ville arabe en Israël où règne l'atmosphère d'un village. Découverte en 2008 avec « Le Sel de la mer », la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir a vécu à l’étranger avant de revenir tourner à Nazareth « Wajib, l’invitation au mariage ». Un film sensible et subtil qui permet de voir la société palestinienne à travers un regard à la fois intérieur et extérieur, généreux et critique.
 
« Wajib » est une chronique réaliste mais aussi un film au style réfléchi, épuré. Voici ce que dit la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir :     «Je me suis inspirée de gens que je connais, mais mon film est aussi une fiction. Je fais le portrait de cette ville tout en décrivant une relation belle et fragile entre un père et son fils. Il y a beaucoup d'amour entre eux mais être proche l'un de l'autre n'est pas forcément facile pour autant. C'est ça, la famille ! Comme le film est très dialogué, je voulais qu’il ait un style marqué, qu’on soit aussi dans le cinéma. Cette fiction est à la fois ancrée dans la réalité et universelle. Je tenais à ce qu’il y ait aussi des aspects de comédie. Nazareth est une petite ville, les Israéliens empêchent qu'elle s'étende alors les gens sont coincés, ils s'entassent, tout le monde vit dans une grande proximité. C'est la plus grande ville arabe en Israël, mais l'atmosphère est celle d'un village. Les gens résistent aussi avec l'humour, c'est l'histoire de toutes les minorités dans le monde. » Voici encore ce que déclare la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir, à propos des palestiniens :
 
" On appelle les Palestiniens qui vivent en Israël les "Palestiniens invisibles", des hommes et des femmes qui se battent pour leurs droits et pour des ressources limitées. Les gens de Nazareth possèdent une grande humanité, beaucoup d'humour et de désir de vie. Mais pour moi, Nazareth est une ville de survivants. Et quasiment le troisième personnage de mon film."
 
 « wajib » a été présenté au Festival de Toronto et de Locarno (Compétition officielle) et a remporté le Grand Prix du Jury et le Prix du Public au Festival International du Film d’Amiens. Il a également représenté la Palestine aux Oscars 2018.
 
Version originale arabe sous-titrée en français ( 2.0 et 5.1)
 
 
Maurice FUSIER


Dans la même rubrique :

MARIE - MADELEINE - 12/08/2018

DANS LA BRUME - 12/08/2018

​PIERRE LAPIN - 12/08/2018

LES MOJICONS volume 2 - 05/08/2018

GANGSTA - 28/07/2018

1 2 3 4 5 » ... 12

Actualité | Culture | Economie/Emploi | Gastronomie | Santé | Coin lecture | Cinéma | Monsieur DVD | Nouveautés BD | FLASH INFO | Vos droits | GALERIE EMOTIONS



Coin lecture

Le soldat inconnu vivant, 1918 - 1942

L'Abattoir de verre

LA SYMPHONIE DU HASARD - LIVRE 3

Rien de ce qui est humain n'est honteux

Comme un seul homme, le combat fut âpre !

Les hommes sont-ils obsolètes ?

ALAN VEGA Conversation avec un indien

MATERNITE

Dos au mur

J'ai perdu Albert