www.lyonperspectives.com

http://www.infotrafic.grandlyon.com



NOTRE SELECTION
CINEMA

Sortie en salle le 10 avril 2019

"La lutte des classes" manie la caricature avec réalisme !





sélection Maurice FUSIER

Monsieur DVD - 15/04/2019

MORTAL ENGINES

Assassination Nation

09/04/2019

BACK TO SCHOOL

09/04/2019

LE GRINCH

09/04/2019

RAGTIME

01/04/2019

OVERLORD

25/03/2019

NEW-YORK UNITE SPECIALE : Saison 19 Drame

21/03/2019

Inscription à la newsletter

Le Journal de FEMMES N°5

Le meilleur ouvrage consacré à la musique de Johnny mis à jour avec les derniers albums.
Culture

Le Merveilleux Château de Rochetaillé-sur-Sâone



Henri Malartre
Henri Malartre
Imaginez un vrai château au bord de la Saône, en bon état, à 10 kms de Lyon, avec un grand parc, et doté d’une spécificité unique : abriter uniquement des voitures de collection rares dans toutes les pièces du Château, mais aussi des motos d’époque et autres cycles du XIX éme siècle. Telle fut l’idée de génie qui traversa les pensées d’un merveilleux collectionneur qui déclara un jour : « J’ai tout collectionné : les autos, les casques, les mascottes, les cartes postales, les vélos, les motos, les affiches et les timbres. Et aussi … les ennuis ! ». Cet homme de cœur, de passion , Henri MALARTRE, n’était pas un homme ordinaire.

J’ai eu la très grande chance de connaître Henri MALARTRE alors que j’étais encore un gamin, à la fin des années 50: Mon père, René FUSIER, était lié à Henri MALARTRE par la dernière guerre, la Résistance pour le premier, la Résistance et la Déportation pour le second. Chaque samedi ou presque, j’accompagnais mon père à la vaste casse automobile d’Henri MALARTRE Avenue Berthelot à Lyon, et, bien souvent, ce génial collectionneur me disait : C’est pour toi ! ». Et le « C’est pour toi ! » était une petite voiture de collection –jamais la même- qu’il sortait de la poche de son costume en me faisant un grand sourire. C’était magique !

A la fin de l’année 1959, Henri MALARTRE, qui ne savait plus où garer ses voitures de collection, acheta avec son épouse Renée, et avec le soutien de Louis Pradel, alors maire de Lyon, le Château de Rochetaillée-sur-Saône, pour y loger ses « grandes dames ». Ce fut très vite une belle entreprise de collections, et le premier véritable Musée français de l’automobile. A un point tel d’ailleurs que le nom d’Henri MALARTRE a été connu dans le monde entier, et d’abord au travers de tous les collectionneurs de voitures anciennes et de pièces détachées de la planète.

Pendant des décennies mon repère aura été le Château de Rochetaillée : De temps à autre, quand j’ai eu passé mon adolescence, Henri me donnait un coup de fil : « Tu es libre demain matin ? » me disait-il. La réponse était toujours « Oui ». Il était très matinal, et nous marchions dans le parc tous les deux en discutant. Et il me montrait ses dernières acquisitions : pièces détachées, plans d’une voiture introuvable, et il me montrait aussi dans l’atelier, derrière le château, comment il fallait souder, polir, et peindre les carrosseries des voitures anciennes qu’il venait d’acquérir. Il m’est arrivé de tendre mon micro de Radio France à Henri lors de grandes manifestations. Et là aussi il était intarissable.

Henri MALARTRE est décédé en novembre 2005 à l’âge de 99 ans. Mais quelques années plus tôt il avait vendu son magnifique Château et ses collections à la ville de Lyon pour éviter que ce patrimoine soit éparpillé après sa mort. Aujourd’hui le Musée de l’automobile Henri MALARTRE a pris un vrai coup de jeune, tant au niveau de la Direction du Musée (Clarisse DESPIERRES) qu’au niveau des élus de Lyon qui veulent mieux faire connaître ce patrimoine lyonnais, en faisant notamment rouler dans le parc des véhicules de collection de toutes les époques comme le faisait autrefois Henri MALARTRE. N’hésitez pas à venir au Château de Rochetaillée-sur-Saône : l’âme malicieuse d’Henri y est toujours présente !

Maurice FUSIER

EN ROUTE !

Créé en 1960 par un passionné,HenriMalartre, le Musée est assurément une affaire d’émotions.

Plaisir de la découverte, joie de monter à bord d’une voiture mythique, ou quiétude de flâner au coeur d’un site magnifique, font de la visite du musée un moment de vie et d’expérimentation.

Nous poursuivons aujourd’hui sur le même chemin, agrégeant à l’histoire des personnages précédents, la passion et le savoir-faire d’autres protagonistes.
Les mécaniciens du musée, qui oeuvrent tous les jours au chevet de ces « vieilles dames », Jean-Baptiste Gawrieh, artisan sellier, ou encore Benjamin Flao, illustrateur sont autant d’exemples de cette volonté de faire du Musée del’Automobile Henri Malartre un lieu où se rencontrent histoire, passion et imagination.

En 2018, découvrez plusieurs nouveautés:
animation « Ça roule », savoir-faire de l’atelier mécanique du musée, installation d’un artisan sellier sur le site, créations BD uniques, exposition de planches originales et prestation de privatisation du site pour des événements publics ou privés.

Clarisse Despierres
Directrice du Musée de l’Automobile Henri Malartre

Musée de Rochetaillé/s/sâone
Musée de Rochetaillé/s/sâone
SAVOIR-FAIRE

Le Musée de l’Automobile Henri Malartre conserve les automobiles de la collection en état de fonctionnement. Pour cela,
deux mécaniciens spécialisés en mécanique ancienne travaillent à l’atelier du musée. Leur rôle est primordial pour la sauvegarde de ce patrimoine automobile.

Ils mettent en place les révisions annuelles des véhicules avec essais dynamiques dans le parc de l’établissement. Ils réalisent
également des opérations plus exceptionnelles comme la remise en route d’automobiles à l’arrêt depuis plusieurs années, le décrassage d’un moteur sale ou abîmé, ou le remplacement de pièces d’usage (plaquette de freins, durites d’huile...).

Ils interviennent aussi en restauration de tôlerie et en menuiserie lorsque les carrosseries ou les caisses en bois sont détériorées.
Le chef d’atelier, Alain Dumont, est un expert reconnu, grâce à sa connaissance mécanique des 150 automobiles de la collection sur lesquelles il veille jour après jour depuis plus de 35 ans. Il révise, répare et pilote tout en respectant l’histoire et l’authenticité de ces « vieilles dames ».
Visites d’atelier - Sur demande directe auprès du musée

HENRI MALARTRE & LYON BD FESTIVAL
Quoi de mieux que le dessin pour raconter l’histoire de l’objet?
Le musée Malartre conserve une multitude d’objets dont les récits restent enfouis, à peine dévoilés par les cartels.
En collaboration avec Lyon BD Festival, nous avons confié à l’imagination et au talent de l’illustrateur Benjamin Flao la sublimation de trois automobiles et de leur histoire.
Des impressions grand-format sont exposées dans les halls du musée derrière les automobiles qu’elles illustrent, venant s’ajouter au parcours permanent du musée. « Benjamin Flao est un «homme-crayon», dit de lui son oncle, le peintre Gildas Flahaut.
Dès l’âge de dix ans, il pouvait passer des heures à dessiner sa main gauche sous tous les angles. Dès lors, sa main droite n’a jamais cessé d’obéir à son oeil aiguisé.»
Exposition permanente au Musée de l’Automobile Henri Malartre
Exposition place des Terreaux les 8 et 9 juin 2018 pendant Lyon BD Festival


Trois automobiles* séléctionnées par Benjamin Flao ont été représentées et mises en situation à travers ses dessins.
Les trois productions seront exposées sur des toiles grand format auprès des véhicules qu’elles représentent.
*La Delaunay Belleville 1924, voiture du “1er braquage en automobile” de la bande à Bonnot, la Wimille 1948, prototype futuriste imaginé par le designer Ph. Charbonneaux et le pilote J-P Wimille et la Packard Caribean 1959, le « paquebot » américain d’Edith Piaf. 5 Wimille, 1948 - © Bertrand Stofleth


Actualité | Culture | Economie/Emploi | Gastronomie | Santé | Coin lecture | Cinéma | Monsieur DVD | Nouveautés BD | FLASH INFO | Vos droits | GALERIE EMOTIONS



Coin lecture

CIAO BELLA

Un jardin au désert

Le Grondement

"SEX DOLL"

Janine Boissard

Rwanda, ils parlent

CAVALE ÇA VEUT DIRE S'ÉCHAPPER

Marlon Brando Les stars durent dix ans

UN AVION SANS ELLE

JUSTE AVANT DE MOURIR