www.lyonperspectives.com
http://www.infotrafic.grandlyon.com



NOTRE SELECTION
CINEMA

Un grand film !

une histoire rassurante dans une réalité terrifiante





sélection Maurice FUSIER

Monsieur DVD - 14/09/2018

ACTION OU VERITE

HELLRAISER TRILOGY

04/09/2018

INSTALIFE

01/09/2018

STEPHANIE

01/09/2018

SUR LE CHEMIN DE LA REDEMPTION

01/09/2018

NI JUGE, NI SOUMISE

01/09/2018

​COBY

01/09/2018

ACTION POINT

01/09/2018

Inscription à la newsletter


Actualité

La réforme des retraites en question...

.La loi a été promulguée le 10 novembre 2010,
après que le Conseil Constitutionnel, saisi par plus d’une centaine de députés
et sénateurs, ait rendu sa décision et validé (partiellement) le texte.
.



Décision n° 2010-617 DC du 09 novembre 2010 article:

Le 9 novembre 2010, par sa décision n° 2010-617 DC, le Conseil constitutionnel a statué sur la loi portant réforme des retraites dont il avait été saisi par plus de soixante députés et plus de soixante sénateurs. Ceux-ci contestaient la conformité à la Constitution des deux mesures d'âge figurant dans la loi : report de 60 à 62 ans de l'âge d'ouverture du droit à une pension de retraite et de 65 à 67 ans de la limite d'âge ouvrant droit à une pension de retraite sans décote. Ils contestaient également la procédure législative dans son ensemble.

Le Conseil constitutionnel a rejeté l'ensemble de ces griefs. Il a jugé les articles contestés de la loi portant réforme des retraites conformes à la Constitution. Il s'est borné à censurer les articles ajoutés par amendements, relatifs à la réforme de la médecine du travail, qui n'avaient pas de lien avec le projet de loi initial.

En premier lieu, le Conseil constitutionnel a écarté les griefs de procédure soulevés par les requérants. Il a notamment jugé que la décision du président de l'Assemblée nationale d'interrompre les explications de vote n'a pas porté atteinte aux exigences de clarté et de sincérité du débat parlementaire.

En deuxième lieu, le Conseil constitutionnel a relevé que le législateur s'est fixé comme objectif de préserver le système de retraite par répartition. À cet effet, il a pu fixer à 62 ans l'âge minimum de départ à la retraite. Il n'a méconnu ni le principe d'égalité ni l'exigence constitutionnelle relative à une politique de solidarité nationale en faveur des travailleurs retraités.

En troisième lieu, le Conseil constitutionnel a jugé que le report de 65 à 67 ans de la limite d'âge ouvrant droit à une pension sans décote n'est pas contraire au principe d'égalité entre les femmes et les hommes. Cette règle leur est commune. De plus, des dispositions particulières prennent en compte notamment la situation des parents ayant élevé trois enfants.

En quatrième lieu, le Conseil constitutionnel a jugé que les articles 63 à 75 de la loi relatifs à la réforme de la médecine du travail, ajoutés par amendement, n'avaient pas de lien avec le projet de loi initial. Ils constituaient donc des « cavaliers législatifs ». À ce titre, le Conseil les a déclarés contraires à la Constitution.


Source: Conseil constitutionnel

Actualité | Culture | Economie/Emploi | Gastronomie | Santé | Coin lecture | Cinéma | Monsieur DVD | Nouveautés BD | FLASH INFO | Vos droits | GALERIE EMOTIONS



Coin lecture

Comment utiliser les écrans en famille

Le Journal Intime de Jane Birkin

Johnny l'intégrale, l'histoire de tous ses disques

Michael Jackson – La Totale

Des liens presque ordinaires

Une vie de pierres chaudes

Une douce lueur de malveillance...

L'ÉLÉPHANT S'ÉVAPORE

ROMANE FOSTIER

Ces psychopathes qui nous gouvernent !








Oeuvre médiumnique réalisée en mémoire
d'Eric TABARLY

La Cité engloutie