www.lyonperspectives.com
Actualité

De nouvelles arrivées au Safari de Peaugres

Un bébé girafe de Rothschild, vedette dès sa naissance au Safari de Peaugres !



De nouvelles arrivées au Safari de Peaugres
2 petites cornes agrémentées chacune d'un pinceau de poils, de grandes pattes dignes d'une araignée, de longs cils à faire craquer les cœurs les plus durs, une démarche élégante : Nafasi, girafon né au Safari de Peaugres samedi 8 juillet sous les yeux des visiteurs émerveillés après 15 mois au chaud dans le ventre de sa mère, est l'objet de toutes les attentions !

Les visiteurs du plus grand parc animalier d'Auvergne Rhône-Alpes ne réalisent toujours pas. Julia, une girafe de Rothschild arrivée en 2010 au Safari de Peaugres vient de donner naissance, en pleine journée, à son premier bébé. Bébé qui, comme tous ses congénères, a commencé sa vie par une chute de 2 mètres, façon plongeur professionnel, puisque les girafes restent debout pour mettre bas !
Encouragé par les visiteurs et sa mère, le girafon a réussi à se mettre debout en moins d'une heure, après quelques essais ratés pendant lesquels il s'était un peu " emmêlé les pinceaux " ! Sitôt après avoir réussi à maîtriser le déploiement de ses pattes, il faisait ses premiers pas, à l'amble, pour aller téter sa mère. 

Le girafon a été nommé Nafasi, qui signifie " chance " en swahili, en écho à l'histoire de sa mère : une miraculée pour l'équipe zoologique du parc animalier ! Une fracture de la mâchoire en 2013 l'empêche de manger normalement et aurait pu la condamner définitivement. Mais c'était sans compter les efforts et l'acharnement de l'équipe zoologique du Safari de Peaugres. Aidée par des confrères vétérinaires spécialisés en chirurgie, elle l'anesthésie et l'opère par deux fois afin de la sauver.
La naissance de Nafasi est donc une belle récompense à leur ténacité et à tous leurs efforts, d'autant que cette sous-espèce de girafes, les girafes de Rothschild, est particulièrement menacée puisqu'à l'heure actuelle, on en compterait moins de 1.600 à l'état sauvage dans leur aire de répartition, en Ouganda et au Kenya. Elle fait d'ailleurs partie du Programme EEP, un programme d'élevage européen qui vise à protéger les espèces menacées, rares et en voie de disparition.
Impressionnante par sa grande taille (entre 1m70 et 1m80 à la naissance !), Nafasi n'en reste pas moins fragile. Elle est donc surveillée de près par l'équipe zoologique, par sa mère, Julia, qui ne la quitte jamais des yeux et par les autres girafes du groupe, qui ont rapidement pris le rôle de " Tata " !

Vedette dès sa naissance, Nafasi vit sereinement sa vie de bébé girafe, marchant dans les traces de sa maman, sous le regard des visiteurs, au circuit à pied.

Dans le cadre des programmes d’élevage européen (EEP) qui visent à protéger les espèces animales menacées, rares et en voie de disparition, le Safari de Peaugres, vient d’accueillir de nouveaux résidents. Chiens des Buissons, saki à face blanche, tamanoir et gazelles Dama ont élu domicile dans le plus grand parc animalier de la région Auvergne RhôneAlpes. Zoom sur ces pensionnaires dont certains pourraient permettre d’étoffer le « Carnet Rose » du parc dans les années à venir.

Femelle saki à Face Blanche

Mary, femelle saki à face blanche, vient spécialement du zoo de Paignton en Angleterre pour accomplir une mission de haute importance : conquérir le cœur d’un mâle de la Serre des Minus d’un an son aîné. Le premier contact entre les deux animaux s’est déroulé en toute douceur. Aussi timide l’un que l’autre, les deux tourtereaux se rapprochent au fil des jours, cm par cm… Sous l’œil amusé des ouistitis pygmées avec qui ils partagent l’enclos. Le Safari de Peaugres, tout comme le coordinateur de l’EEP, espèrent bien dans un futur plus ou moins lointain accueillir le fruit de cette idylle naissante. Petite particularité : il existe un important dimorphisme sexuel chez cette espèce : le mâle est noir uni avec la face blanc crème tandis que la femelle a la face, comme le corps, marron. 

Grand fourmilier ou tamanoir

Ce nouveau mâle vient du zoo de Belfast pour rejoindre sa compatriote fourmilière, Julie Poppet (arrivée l’été dernier au Safari de Peaugres) dans l’espoir de fonder une famille. Le rapprochement entre les deux individus, seuls représentants de l’espèce en Rhône-Alpes, se déroule de manière très progressive. Le grand fourmilier ou tamanoir est l’un des plus anciens mammifères de la Terre qui se nourrit exclusivement de fourmis et autres insectes. Grâce à son excellent sens de l’odorat, à sa très longue langue et à ses impressionnantes griffes, il arrive à détecter fourmis et insectes, à creuser de grands trous pour y introduire son museau et absorber ainsi jusqu’à 30 000 fourmis par jour

Gazelles Dama deux nouveaux,  membres dans le « Bachelor group »

Le « Bachelor group » est un groupe réunissant les «  célibataires » ou les individus de même sexe au sein du safari et qui sert notamment de « réservoir » au programme d’élevage européen. Celui des gazelles Dama s’est récemment étoffé avec l’arrivée de 2  nouveaux individus: un mâle du zoo de Barcelone et un autre de celui de Vienne. Pour assurer une bonne insertion, les deux gazelles Dama seront progressivement intégrées au groupe. Les grandes plaines du circuit voiture du Safari de Peaugres permettent de les accueillir toutes ensemble. Les visiteurs pourront admirer, au final, sept gazelles. Avec seulement quelques centaines d’individus à l’état sauvage, la gazelle Dama est l’une des espèces les plus menacées en Afrique. 

Deux nouvelles espèces réunies dans un enclos mixte : une cohabitation inédite en France

Le Safari de Peaugres a accueilli ce printemps deux nouvelles espèces  : 2 chiens des buissons et 2 coatis. Deux espèces partageant dans la nature le même territoire : les zones marécageuses d’Amérique du Sud. Après avoir découvert à tour de rôle leur nouvel habitat, Soa et Joao, les deux coatis mâles en provenance du zoo de Tregomeur et Maya et Lara, deux femelles chiens de buisson, venues du zoo de Rander Regnskov au Danemark cohabitent désormais. Un enclos mixte, approuvé par le coordinateur du programme d’élevage (EEP) des chiens des buissons, unique en France. Régulièrement observé par l’équipe zoologique, cet enclos mixte permettra à l’équipe zoologique de mieux comprendre le mode de fonctionnement de ces deux espèces peu connues en Europe. Coati signifie « nez allongé » en langue amérindienne. Appartenant à la famille des Procyonidés comme son cousin proche le raton laveur, ce petit carnivore très agile a un corps mince au pelage marron gris/brun, un museau pointu terminé par un genre de petite trompe, une longue queue annelée et des pattes à fortes griffes. Avec son gabarit de gros chat, il a d’excellentes qualités de grimpeur. Sa capacité d’inverser la position de ses pieds en effectuant une rotation des chevilles lui permet de descendre facilement les arbres tout en ayant la tête en bas.

Maya et Lara, mère et fille, représentent une espèce de canidé assez méconnue : les chiens de buissons. Ces derniers ressemblent étrangement à de grandes peluches avec leur pelage marron brun sur la tête et brun foncé à l’arrière du corps. Leur corps est allongé, la tête est carrée, les oreilles sont petites et le museau est arrondi. Leurs pattes palmées et leurs doigts reliés par une membrane font de ces petits canidés d’excellents nageurs. Ils vivent en groupes hiérarchisés composés de plusieurs couples monogames et de petits couples dominants.

www.safari-peaugres.com

Actualité | Culture | Economie/Emploi | Gastronomie | Santé | Coin lecture | Cinéma | Expositions | Monsieur DVD | Nouveautés BD | FLASH INFO | Vos droits | Consommation | GALERIE EMOTIONS



Coin lecture

Prix Pulitzer 2017

ENTERREZ-MOI DEBOUT !

Romy Schneider, film par film

Ils ont tué mon père. Je les aurai.

Je voulais juste que ça s'arrête

Prix du quai des orfèvres 2018

Mes voisins

Tout homme est une nuit