www.lyonperspectives.com

http://www.infotrafic.grandlyon.com



NOTRE SELECTION
CINEMA

Une ode à l'amitié touchante !






sélection:
maurice.fusier@orange.fr

Monsieur DVD - 05/12/2019

CRAWL

COMME DES BETES 2

05/12/2019

APOLLO 11 : Un documentaire inédit, du jamais vu !

25/11/2019

YESTERDAY

11/11/2019

MADE IN CHINA

11/11/2019

INSIDE MAN : MOST WANTED

01/11/2019

CHILD’S PLAY LA POUPEE DU MAL

22/10/2019

ROXANE

15/10/2019

Inscription à la newsletter


Monsieur DVD

16 LEVERS DE SOLEIL … PAR JOUR !

DOCUMENTAIRE EXEPTIONNEL
De Pierre-Emmanuel Le Goff
Avec Thomas Pesquet




Thomas PESQUET
Thomas PESQUET
SYNOPSIS
 
Revivez l'extraordinaire aventure spatiale de Thomas Pesquet
S'envoler pour l'espace. C'est ce rêve que Thomas Pesquet a réalisé en décollant depuis la base de Baïkonour. A 450 kilomètres de la Terre, durant ces six mois où le monde semble basculer dans l’inconnu, un dialogue se tisse entre l'astronaute et l’œuvre visionnaire de Saint Exupéry qu’il a emportée dans la station spatiale.
 
Naissance du projet 
         Lorsque le réalisateur  Pierre-Emmanuel Le Goff a appris que  Thomas PESQUET  partait pour la Station Spatiale Internationale, il lui a montré Gravité Zéro, un documentaire coproduit par la Vingt-Cinquième Heure qui portait sur la mission spatiale de l’astronaute allemand Alexander Gerst. Le réalisateur se rappelle : "Après l’avoir visionné, Thomas Pesquet a souhaité, non seulement nous accompagner dans notre démarche, mais aussi s’impliquer beaucoup dans le tournage car 
il considère que la communication et la vulgarisation font partie intégrante de sa mission." 
Thomas Pesquet a par ailleurs accepté de participer à cette aventure cinématographique car il avait envie de raconter cette mission. "Je l’avais déjà fait sur les réseaux sociaux au quotidien, mais ce n’était pas encore suffisant : je trouvais important de raconter la vraie histoire avec un début, un milieu et une fin", confie-t-il. 


Dispositif technique 
Le dispositif technique du documentaire a été pensé en amont du voyage. Thomas Pesquet  disposait d’une « shooting list » : il devait, par ordre de priorité, essayer de tourner un certain nombre de plans. Tout lui avait été précisé : le type de plan, d’optique, de caméra, de mouvement, etc. Cependant il s’est, bien évidemment, produit des situations imprévues au cours desquelles Thomas a dû prendre l’initiative de tourner certaines images, démontrant ainsi qu’il avait aussi un regard de cinéaste. 
 Pierre-Emmanuel Le Goff  précise : "Il y avait plusieurs types de caméra à bord: des caméras de surveillance, plusieurs types de caméras mobiles au format HD et des RED avec capteurs grand format (6K). Il y avait aussi une GoPro 4K spécialement préparée pour la sortie extravéhiculaire qui demandait une préparation particulière pour résister à des températures extrêmes (de – 100 à + 150 degrés Celsius). Jamais des caméras d’une telle qualité n’avaient été utilisées que ce soit dans la station spatiale ou pour filmer des sorties extravéhiculaires. Du coup, nous avions un nombre incalculable d’heures de rushs. Le montage a duré sept mois. Les repères temporels sont très peu nombreux en effet car il ne s’agit pas d’un film qui traite de l’actualité mais d’un film que j’ai souhaité rendre intemporel et universel. Il s’agissait de donner la sensation d’un jour sans fin, comme un basculement dans un univers parallèle."

Difficultés de tournage 
Le réalisateur Pierre-Emmanuel Le GoffThomas Pesquet  et le reste de l'équipe, ont commencé à travailler avant le décollage, pendant l’entraînement, qui est une phase importante de la vie d’un astronaute et que le public voit rarement. Une fois là-haut, Thomas Pesquet avait donc une idée précise, en terme d’images et de narration, de ce qu'il voulait faire. Mais c’est seulement dans la Station Spatiale que l'astronaute s'est rendu compte à quel point il est difficile de rendre justice à un spectacle aussi fantastique :  la Terre vu de l’espace !
 
Il se souvient : "J’étais équipé de caméras de très haute-technologie avec lesquelles j’ai tourné quelques séquences après le travail, lors des pauses déjeuner, le soir et le dimanche. Ce fut compliqué car la station spatiale tourne à 28 000 km/h ! Et ce d’autant plus qu’il fallait jouer avec la lumière car l’intérieur était très sombre alors que la terre était très lumineuse. Mais j’ai affronté de bon cœur toutes ces difficultés car cela me tenait vraiment à cœur de partager mon expérience avec les gens. En effet, je me souviens que, petit, j’étais frustré de voir des astronautes partir dans l’espace, puis de les voir quelques semaines après atterrir sans savoir ce qu’il s’était passé entre-temps : j’étais avide d’informations, cela me faisait rêver. Avec ce documentaire, on montre tout : comment se passe une journée type, les choses exceptionnelles, les soucis que l’on peut rencontrer, etc, avant, pendant et après la mission. D’une certaine manière, ce documentaire, c’était une manière d’emmener tout le monde avec moi."
 
 
 Maurice  FUSIER
 
 
 
 


Dans la même rubrique :

CRAWL - 05/12/2019

COMME DES BETES 2 - 05/12/2019

YESTERDAY - 11/11/2019

MADE IN CHINA - 11/11/2019

ROXANE - 15/10/2019

1 2 3 4 5 » ... 17

Actualité | Culture | Economie/Emploi | Gastronomie | Santé | Coin lecture | Cinéma | Monsieur DVD | Nouveautés BD | FLASH INFO | Vos droits | GALERIE EMOTIONS



Coin lecture

PRIX RENAUDOT 2019

Alain Delon film par film

LE JOUR OÙ JE ME SUIS AIMÉ POUR DE VRAI

Touchant, violent, fabuleux !

GEORGE SAND - Romans I, II

Prix Interallié - Prix Goncourt des Lycéens 2019

Le chemin de la Garenne

LES AFFAMÉS ET LES RASSASIÉS

Une déflagration d'amour

Que faire face à l'Alzeimer











LYON PEOPLE septembre 2019
BATHLOGUE OL